•  

    Environs de Vars 16

    une nuit de juillet 1976

     

    J'aperçois alors

    quelque chose qui pourrait

    servir de " protection " ;

    je soulève alors

    une des extrèmités

    d'une sorte de barre de béton

    en la trainant , il m'est possible

    de la déplacer

    je place cet obstacle

    sur la voie .

    Je me blottis alors

    contre la base d'un pylone

    est ce la meilleure chose pour moi ?

    un éclat de béton

    me touche la poitrine

    sans trop de force ...

    un convoi percutant l'obstacle

    vient de le réduire

    en miettes !!!

     


    votre commentaire
  •  

    Environs de Vars 16

    une nuit de juillet 1976

     

    J 'avance sur le ballast

    en direction de cette forme blanche

    celle ci est en hauteur

    suspendue aux caténaires

     

    Joel ... Joel ...

     

    avec effroi

    je reconnais dans cette apparition

    ma compagne ! c'est ma compagne !!!

     

    la longue robe blanche

    qu'elle porte

    est animée

    par un vent léger

     

    j'avance ... mais que se passe t ' il ?

     

    la " vision " recule "

     

    j' essaie à nouveau

    même chose !

     

    je recule alors

    pour faire un test

    cette fois , on dirait que ;

     

    ce que je vois avance

    j'ai d'étranges sensations

     

    un cauchemar ...

     

    je vais me réveiller :

     

    j'aperçois alors

    sur ma gauche

    quelque chose

    qui pourrait servir

    pour une protection ...

    Art : suiv 

     Un éclat de béton

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

      Stop en direction de Bordeaux .

      année : 1976

     

      nb : après avoir repris cette marche de nuit

             accéder à cette route n'a pas été facile

            à cause des clotures de protection

           une excavation remplie d'eau présentait un danger

          sérieux mais enfin me voici sur cette route !

     

     

    Sur cette route les poids lourds sont nombreux

    par moment , je ne sais pas si c'est par provocation

    ou autre chose 

     

    je m'avance largement sur la chaussée

    je voudrais me suicider

    que je ne ferais pas mieux

     

    une heure , deux heures passent

    j'abandonne !

     

    je marche ... je marche ...

     

    combien de temps ?

    quelque chose me dit alors ; éloigne toi du bord de cette  route !

     

     

    L'infirmière .

     

     

     

     

    j'ai très froid , j'ouvre les yeux , il fait jour

    je suis sur le sol , à trois mètres de la route .

     

    la fatigue m'a terrassée à cet endroit

    je n'ai pas eu conscience que je tombais .

    déjà je suis à nouveau le pouce en l'air

    une  4 L Renault ralentie , s'arrète à dix mètres de moi

    je cours !

    la conductrice est une jeune infirmière

    nous parlons un peu

    elle travaille à Bordeaux

    je lui demande s'il y a de l'embauche actuellement

     

    L'infirmière .

     

     

    un panier de belles pommes

    se trouve sur le siège arrière

    j'ai faim

    je demande ...

    elle me dit , servez vous !

     

    c'est une variété de pomme délicieuse

    la conductrice me dit :

     

    elles proviennent de chez ma mère ;

     

    elle est " sympa " cette infirmière !

     

    L'infirmière .  Peinture huile style hyper réaliste Joel Georges

     

     Peinture huile style hyper réaliste

    Joel Georges

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Extrait du récit  :  La nuit du Centaure .

     

    année : 1976

    Des Landes jusqu'en Charente  en stop .

     

     Je ne connais pas cette région ...

    j'espère que je suis sur la bonne direction

    il faut que je remonte vers l'Ouest !

    avec cette valise qui n'est heureusement

    pas très lourde ;

     

    je marche ...

    le stop n'a pas l'air de " donner " beaucoup

     

    je marche ...

    j'ai du marcher beaucoup car le jour baisse

    celà m'angoisse un peu

     

    maintenant c'est la nuit

    une voiture s'arrète

    c'est un grand soulagement

    mon " sauveur " parle assz facilement

    d'après ce que je comprends il évolue

    dans le milieu religieux

    au niveau intellectuel il est largement

    au dessus de moi

    la conversation est interessante

    quand il me laisse

    il m'explique que je ne suis pas loin

    de la grande route

    c'est cette route qu'il faut prendre ;

     

    me voici seul dans la nuit .

     

     

     

                                                         

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Année ; 1976

    Centre spécialisé de la Charente

    Pavillon Janet

     

     

    Les infirmiers ont installé un grand père

    sur un fauteuil

    entre les cellules et leur local

     

    C'est Théodore

     

    je me suis aperçu que son bras gauche

    est une véritable branche d'arbre

     

    lorsque ma compagne me rend visite

    avec C.....

    notre petite fille

    Théodore s'anime ...

     

    la petite ! la petite !

     

    je laisse ce pauvre vieux toucher un instant

    la frêle gamine

    ça a l'air de lui faire tellement plaisir

     

    je ne peux pas imaginer

    que ce  " vieux chêne "

    lui fasse du mal :

     

    la petite ! la petite !

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires